LE DILEMME DE L’ARTISTE : INSPIRATION OU PEUR?

        Qu’est-ce que l’inspiration? Bonne question. Eh bien, au lieu de vous en donner une définition tirée d’un dictionnaire, j’ai décidé de vous en donner ma propre définition. Pourquoi? Eh bien, parce que je me sens inspiré en ce moment même;-). Ce que je ressens est inexplicable, invisible, subtil, mais bel et bien présent en moi. Pour moi, l’inspiration est le souffle de l’esprit, lorsqu’il inspire une énergie mystérieuse qui nous dépasse et nous fait renaître l’espace d’un instant. À cet instant T, notre esprit se découvre et s’élargit, nous permettant d’accéder à une dimension de nous-mêmes que nous ne connaissions pas.

En tant qu’artiste, un moment d’inspiration est pour moi un fruit juteux dont je savoure chaque bouchée, mais que je ne peux m’empêcher de partager. Ainsi, lorsque je crée une œuvre, je veux que vous voyiez ce que je vois. Toutefois, ce qui me donne encore plus de plaisir est que vous voyiez ce que je ne vois pas. En effet, lorsqu’une personne me fait part de sa propre interprétation d’une de mes œuvres, en abordant un aspect auquel je n’avais pas pensé, c’est pour moi la consécration ultime. Pourquoi? Eh bien, parce que cela me prouve qu’en plus d’attirer cette personne dans mon univers, j’ai réussi à agrandir le sien, bref à l’inspirer. Autrement dit, vous voir inspirés m’inspire, et nous créons ainsi un cercle vertueux d’inspiration. Quelle extase! Bon, reprenons nos esprits.

Comment l’inspiration me vient-elle? En lisant la description de mes œuvres dans la boutique, vous vous rendrez compte qu’elle me vient dans les moments les plus simples de la vie. Elle me prend par surprise, par une image, une idée, un mot, une citation, une émotion, et déclenche chez moi l’envie soudaine de la matérialiser sur une toile. Mais avant de commencer à travailler sur la toile, je suis d’abord un processus que voici.

Je cherche le titre de l’œuvre; cette étape se présente sous la forme de plusieurs suggestions de titre (généralement 3 ou 4). C’est un processus mental qui me permet de donner une direction artistique à l’œuvre. Je préfère procéder ainsi, car je me suis rendu compte que m’asseoir devant une toile vierge en attendant que l’inspiration vienne ne m’apportait qu’ennui et exaspération. Une partie de mon processus créatif est donc plus réfléchie qu’intuitive.

Une fois le titre et l’idée plus ou moins cristallisés dans ma tête, je commence à dessiner. En toute honnêteté, je me considère un piètre dessinateur, mais je pense avoir un certain œil pour les détails et suis capable de reproduire ce que je vois de manière relativement précise. Je m’inspire donc souvent de photos sans droits d’auteur sur divers sites pour des postures ou des parties du corps que j’ai du mal à visualiser. En outre, il m’arrive de plus en plus de me prendre en photo ou de photographier des membres de ma famille à des fins anatomiques et d’authenticité dans mon processus créatif.

Je commence donc à esquisser ma vision et là, l’inspiration rencontre un adversaire de taille; la peur. Oui, j’ai peur. Généralement, plus mon idée implique du travail, plus j’ai peur. Parfois, c’est la grande taille de ma toile vierge qui m’impressionne. « Pourquoi donc? » Me direz-vous. Il y a plusieurs réponses à cette question, parmi lesquelles « je suis un imposteur », « je ne suis pas un vrai artiste », « je n’ai aucune formation officielle d’artiste et n’ai jamais mis les pieds dans une école des Beaux-arts », « Comment pourrait-on aimer mon art? », « Cet(te) artiste a tellement plus de talent que moi ». C’est triste à dire, mais voilà le type d’idées qui trottent dans ma tête lorsque je couche ma vision sur la toile. Pas très inspirant hein… je sais. Mais bon, dois-je me laisser démonter par ces pensées pour autant? Pas question.

Donc, j’inspire, j’expire, lentement, profondément, et à chaque coup de crayon et de pinceau, mon inspiration et ma passion artistiques finissent par prendre le dessus, donnant progressivement naissance à une œuvre de mon cœur dénuée de peur (quelle rime! Je vous avais dit que j’étais inspiré;-). Bref, voilà le combat que je mène lors de la création de chacune de mes œuvres. Un combat que je redoute toujours, mais que je gagne toujours. Je suis artiste, un point c’est tout. C’est tout ce qui compte, semble-t-il.

Si, un jour, vous vous trouvez également face à cet adversaire redoutable qu’est la peur, inspirez, expirez, lentement, profondément, et avancez. Allons, un peu de courage, avancez. Vous verrez que plus vous avancez, plus cet adversaire devient petit, jusqu’à devenir minuscule, jusqu’à disparaître. Voilà ce qu’est la peur; une invention exagérée de notre imagination. Essayons donc de créer la réalité que nous souhaitons. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe! | Abonnez-vous!

Let's sow some Artseedz in our lives!

Semons quelques Graines d'Art dans nos vies!

FR